Donner pour la cause…

entraide

Parfois, je m’assois devant la télévision et je zappe, cherchant un divertissement intéressant qui ne me demandera pas trop de jus de cerveau et juste assez d’attention pour me captiver. Je ne suis pas une grande adepte des séries télé car, travaillant souvent à l’ordinateur, le fait d’être assise encore me répugne. Et disons que j’ai souvent ma dose d’avoir un écran devant moi…Tant qu’à être inactive, je préfère la lecture.

Mais hier, en tentant de trouver un quelconque programme télévisé, je suis tombée sur l’émission « 8 heures pour la cause ». Animée par Chantal Lacroix, cette émission a pour but de mobiliser des personnalités québécoises autour de 8 causes différentes pour aider des gens et surtout faire connaître certaines réalités ignorées. Le public est donc exposé à diverses causes et histoires vraies mais aussi, et surtout, à des moments de pure beauté et grandeur d’âme.

C’est la première fois que je regarde ce type d’émission et peut-être me direz-vous que ça n’a rien de spécial car ça ressemble à tant d’autres concepts mais j’avoue qu’hier, en regardant Mélanie Maynard et Chantal Lacroix visiter la Maison du Père et discuter avec des hommes itinérants, avec franchise, ouverture d’esprit et sincérité, j’ai été très touchée. L’animatrice a le don de nous démontrer, par son attitude dénuée de préjugés, que c’est possible de faire une différence à la hauteur de nos moyens.

Elle sert dans ses bras un homme qui lui raconte avec candeur son histoire d’alcoolisme qui l’a mené dans la rue et on a l’impression d’assister au plus beau câlin de l’histoire de l’humanité. Laissez-moi vous dire que ça n’a pas pris 30 secondes que les larmes coulaient sur mes joues… Mais, loin d’être une proposition larmoyante, c’est toute l’humanité qui ressort de ces échanges qui vient nous prendre directement au cœur.

Afin de nous démontrer que chaque petit geste compte, on nous présente aussi des gens qui viennent donner des vêtements pour habiller ces hommes démunis. Une jeune femme dont le père est décédé est venu remettre le dernier chandail qu’elle gardait de son paternel sachant qu’un homme dans la rue saura en faire bon usage. De simples témoignages qui démontrent qu’on peut tous faire notre bout de chemin pour aider notre prochain.

On y voit aussi des gens qui ont souffert, qui sont sortis de l’enfer et qui donne à leur tour, avec le sourire et le plaisir dans le regard. C’est extrêmement beau de voir à quel point l’humain peut être bon envers les autres. Et d’agir comme exemple sur ceux qui sont encore au bas de la pente doit être extrêmement gratifiant pour eux. Une belle chaîne humanitaire d’entraide et de partage, comme on en voit peu.

On a tous des causes qui nous touchent plus, des situations qui nous atteignent plus particulièrement et on devrait selon moi trouver le moyen d’agir. On sait qu’on ne peut pas compter sur le gouvernement pour tout régler et honnêtement, je crois qu’en tant que citoyen, nous avons tous une responsabilité. Agir localement et participer à la vie active, à l’épanouissement de notre communauté, c’est aussi se donner à soi-même.

On entend souvent des bénévoles dire que c’est à eux que ça fait le plus de bien de donner de leur temps et je le crois sincèrement. C’est très touchant et enrichissant de partager avec des gens la souffrance et l’espoir de jours meilleurs.

On a tous le pouvoir d’agir et de changer à hauteur d’homme le cours de l’histoire. Un simple sourire peut éclairer la journée sombre de quelqu’un de triste et ce contact vous remplira de joie autant que celui qui le reçoit. Il nous suffit de lever le nez de nos téléphones pour retrouver la vie qui se déroule autour de nous…

Leave a Reply