Que du bonheur

Luca Upper

20 mars, c’est enfin le printemps! Et ce matin, question de pouvoir bien profiter de ce chaud soleil revigorant, c’est aussi la Journée internationale du bonheur des Nations-Unies. Que demandez de plus pour être heureux? La Journée internationale de la Francophonie! Un beau trio de bonnes nouvelles en ce petit lundi matin.

J’ai toujours trouvé le concept du bonheur global un peu particulier car à mes yeux, chacun dresse sa propre liste de critères pour le rendre heureux alors il devient difficile de comparer les chances de tout le monde de vivre satisfait. Mais, Alain Gravel ce matin parlait d’une enquête faite il y a quelques années sur ce concept et l’élément crucial pour comprendre pourquoi les gens considéraient vivre du bonheur était lié au contrôle sur leur vie. On ne parle pas ici d’être contrôlant ou de vouloir tout diriger mais bien d’être en mesure de changer sa vie, de garder le cap, d’être le maître d’œuvre de sa destinée.

On s’entend que ceux qui vivent dans un pays en guerre et qui « habitent » dans un camp de réfugiés n’ont aucun contrôle sur leur vie et ne peuvent pas décider un matin de partir prendre une marche, tout bonnement. Nous, nous avons cette liberté, même si certaines fins de mois sont plus difficiles, particulièrement avec les impôts qui s’en viennent. Mais, somme toute, nous vivions dans un endroit où la vie n’est pas trop pénible. D’ailleurs, le Canada figure au 7e rang dans le World Happiness Report 2017 du Réseau des solutions pour le développement durable (SDSN), un programme mondial lancé par les Nations unies en 2012.

On s’entend que ce n’est pas ce classement qui changera nos vies mais je trouve cela très positif de pouvoir apprécier ce que l’on a. Car, ça aussi, c’est un point important : être capable d’accepter et d’apprécier notre vie, nos conditions, notre environnement. Il y a une part très personnelle dans une telle attitude et on connaît tous des gens qui ont tout mais qui trouvent le moyen d’être malheureux quand même. Alors que d’autres se contentent de si peu et rayonnent. Et bien souvent, le peu qu’ils ont, ils le partagent car cette communion avec l’autre les rend plus heureux que la possession d’un bien.

C’est donc un élément clé au cœur de nos vies que cette capacité d’être ravi, de s’amuser facilement, de jouir de la vie et de ne pas laisser le négatif nous gruger notre énergie. Certains sont nés ainsi alors que pour d’autres, et j’en suis, ont dû apprendre à cultiver cette graine du bonheur pour la ressentir et la propager.

J’ai longtemps été du genre à penser que « quand j’aurai ceci, je serai heureuse » ou « quand je serai rendu à tel endroit, dans telle situation, ça ira mieux ». Et un jour, après quelques épreuves et un choc émotif intense, j’ai tout à coup saisi l’astuce : c’est ici et maintenant qu’il faut être heureux car demain n’arrivera peut-être jamais.

Ça peut sembler dramatique comme constatation mais je sais maintenant que la vie peut nous jouer des tours, nous surprendre, nous fouetter, nous déstabiliser. Et si on n’a pas emmagasiné du bonheur pour affronter les jours sombres, ceux-ci sont beaucoup plus difficiles à surmonter.

Faire le plein du bonheur, c’est admirer le merveilleux lever du soleil même si on est pris dans le trafic, c’est savourer chaque aliment que l’on porte à sa bouche, c’est remercier la vie pour toutes ces belles personnes qu’elle met sur notre route, c’est embrasser chaque défi en ayant la conviction qu’il nous fera grandir, c’est prendre le temps, prendre son temps, pour devenir une meilleure personne et accepter qui ont est, tel que l’on est, sans avoir besoin de se comparer et de se projeter. Le bonheur c’est ici et maintenant et c’est à l’intérieur de soi que cela se vit. Car du bonheur intérieur, ça rejaillit partout autour, sans effort ni concession. Le bonheur, c’est comme l’amour, c’est infini et inconditionnel.

Alors aujourd’hui, soyez heureux, soyez généreux et surtout, soyez conscient de ce que vous avez dans votre vie, vos proches, votre maison, votre santé… Focalisez votre énergie sur ce qu’il y a de beau et de positif, le reste se placera en temps et lieu. Car la vie est belle et généreuse envers nous quand nous le sommes envers elle.

 

Photo : Unsplash | Luca Upper

Related Posts

Adam Jang Savoir reconnaître 9 mars 2018
Michael Hull Être soi-même… 11 février 2016