Accepter sa différence

Joshua K. Jackson

Je ne sais pas si vous avez vu passer sur vos réseaux sociaux la vidéo de deux mères qui présentent un peu cruellement la réalité des maillots de bain « tendance » qui ne répondent pas du tout aux besoins réels des femmes d’aujourd’hui. Pour celles et ceux qui ne l’ont pas vu, la vidéo a même été traduite par l’équipe du Huffington Post.

Outre l’aspect hilarant de cette présentation on ne peut plus satirique, il s’y trouve une réalité cachée derrière cet humour caustique : la mode ne reflète pas la vraie vie. Et je le dis car on a parfois tendance à l’oublier, à tenter en vain de se mouler dans des vêtements incommodants, à endurer des journées d’inconfort total, à se sentir désabusée de ne pas correspondre à ces standards irréalistes.

Entre la théorie du discours « tous les corps sont beaux », « acceptons-nous tel que nous sommes », « aimez-moi comme je suis sinon basta », il y a la dure réalité… Le corps change en vieillissant mais ce qu’on nous présente constamment dans les publicités et les magazines, ce sont souvent des corps de jeunes filles, mineures, qui ont peu de formes et donc qui sont très loin du corps de la maman de 3 enfants.

C’est pourquoi cette vidéo est si drôle : parce que ce sont de vraies femmes, dans la vraie vie, avec de vrais corps et une vraie routine qui ne permet pas de porter un maillot de bain qui semble tout droit sorti du monde de Barbie. Mais chaque année il s’en vend des millions quand même, et chaque année, des femmes se rendront malades en tentant des régimes drastiques et malsains pour avoir un corps acceptable (dans leur esprit) dans ce maillot insignifiant.

Je me souviens de cette campagne de Dove qui prônait l’acceptation de tous les corps, peu importe leur forme et leur taille et ça avait fonctionné… un temps. Le problème c’est que pour une campagne de la sorte, il y a 5 000 publicités inverses… Alors ça se perd dans la masse, ça tombe dans l’oubli et on revient avec ce malaise constant et ce sentiment de ne pas être dans la norme… Comme cette autre campagne de la même marque intitulée « Real Beauty Sketches », qui présentait le croquis d’une femme telle qu’elle se décrivait à l’aveugle à un dessinateur professionnel versus celui décrit par une autre personne. Constat très troublant…

C’est triste car, même si en vieillissant on comprend le décalage entre le « modèle » et le vrai, on est tout de même influencée et surtout bombardée par ces publicités. À moins de vivre dans une caverne, difficile de ne pas y être exposée. Et même si la nouvelle génération semble chercher moins le conformisme, il en demeure qu’au fond on veut toutes être appréciées et avoir un minimum de regard positif sur soi.

Je n’ai malheureusement aucune solution à vous proposer et s’il en existait une, je suis convaincue que plusieurs organismes se seraient précipités pour en faire la promotion. On a avancé un peu, quand même, et certaines marques décident de ne plus utiliser des corps amaigris pour présenter leur collection ou vendre leurs produits. Mais c’est minoritaire dans la masse globale des images qui circulent.

Je nous souhaite, en fait, que ça vienne de l’intérieur, qu’au fond de nous, on intègre ce principe que notre corps est beau et que le fait d’être là, en vie, en santé, est en soi une célébration. Que même si on a plus de formes ou de plis que la voisine, ça ne nous rend pas moins belle ni moins bonne.

On accepte la divergence d’opinions alors acceptons la divergence corporelle, la diversité physique, le style personnel, la mode individuelle. Soyons fières de nous, mesdames, soyons ouvertes d’esprit et accueillantes de la différence. Ça doit partir de nous, de notre relation avec notre propre corps, de notre estime et de notre acceptation de soi. Je suis convaincue qu’ensemble, on peut amorcer ce changement nécessaire.

 

Photo : Unsplash | Joshua K. Jackson

Related Posts

rawpixel.com L’importance de l’autocompassion 23 janvier 2018
NeONBRAND Décider de se choisir 19 mars 2018