Avoir le temps…

NeONBRAND

Petit message que j’ai vu passé ce matin et qui m’a bien fait sourire, tant dans sa pertinence que dans son humour : If you have time for Facebook, you have time for yoga. Je l’ai aimé d’emblée car c’est applicable à une multitude de choses pour lesquelles on dit souvent ne pas avoir assez de temps. Pour faire, accomplir ou explorer de nouvelles avenues ou s’adonner à nos activités favorites, il faut impérativement se réserver du temps. Et comme on le sait, il n’y a que 24 heures dans une journée.

Mais depuis l’avènement des réseaux sociaux, on perd un temps précieux à glaner devant notre écran, que ce soit sur le téléphone, la tablette ou l’ordinateur. Et, en réalité, ça ne nous est, bien souvent, d’aucune utilité. C’est une véritable perte de temps brut. Aucun retour sur investissement. Pire que la télévision qui peut tout de même nous apprendre quelque chose quand le sujet en vaut la peine. Voir des vidéos de chats, des fake news, des petits articles légers et des trucs faciles, ça ne bonifie pas beaucoup une vie.

Et le pire, c’est que même si je le sais pertinemment, je continue de le faire tout de même… C’est comme devenu un réflexe de regarder le fil d’actualités. Et à lire les articles sur le sujet, on comprend que les algorithmes nous proposent des contenus typiquement selon nos goûts, comme pour renforcer nos convictions. Véritable cercle vicieux, on reste pris dans ce cycle et on doit se forcer pour en sortir.

Varier ses sources d’information est bien entendu une bonne stratégie mais on en vient à douter de la pertinence de tout quand on sait à quel point la manipulation est omniprésente dans les médias. J’en conclue parfois qu’il vaut mieux s’en tenir loin ou, du moins, ne rien prendre trop au sérieux. Dans un monde idéal, on passerait plus de temps sur des sites « sérieux » que sur Facebook mais encore là, qui croire, à qui faire confiance?

La leçon derrière tout cela me semble être de prendre du temps pour soi, à la base. Un esprit sain dans un corps sain. Et un esprit sain et allégé, ça réfléchit mieux, ça décèle plus rapidement les mensonges et les nouvelles douteuses. Rampart contre le cynisme, la prise en charge de nos vies m’apparait comme une solution durable. Nul besoin de lire mille et un articles sur la santé pour savoir que bouger et bien s’alimenter nous éloigne des problèmes, des médecins et des pilules…

Encore là, plus facile de rester sur son sofa à faire défiler des vidéos Youtube ou des nouvelles de peu d’intérêt que de mettre ses souliers et d’aller courir. Pourtant, je peux en témoigner, le bien-être ressenti après une sortie est cent fois plus grand que celui de consommer outrageusement de l’information inutile. Il faut par contre une certaine dose de volonté.

Ce sujet revient souvent sur mon blogue car je trouve qu’on manque cruellement d’initiatives pour encourager les gens à sortir de leur bulle. Voir tout le monde sur son téléphone abrutissant me décourage et j’ai parfois envie de crier pour les sortir de leur torpeur. On s’en va où, la tête penchée, le dos arqué, absorbé par des futilités alors que le monde tourne autour de nous?

Si on a tant de temps pour regarder tout ça, on en a pour aider notre prochain, pour participer à la vie active, pour bouger, pour lire, pour apprendre et pour grandir, mentalement. Il suffit de s’ouvrir les yeux, de lever la tête, de regarder les gens dans les yeux, de vouloir les connaître. C’est tellement plus gratifiant et enrichissant d’entrer en contact avec de vrais humains plutôt que de regarder un inconnu jongler avec des chats quelque part, dans un coin perdu du monde, qu’on ne visitera jamais, autrement que via notre écran…

 

Photo : Unsplash | NeONBRAND

Related Posts

Pablo Basagoiti Je suis prête! 26 octobre 2015
Brigitte Tohm Apprendre à aimer l’hiver 10 novembre 2017