Célébrer la terre, un geste à la fois

Le 22 avril arrive à grands pas et avec lui, cette journée cruciale qui nous rappelle que nous ne sommes que de passage ici : le Jour de la Terre. Le thème de la campagne de cette année :  le 22 avril, ET tous les jours, on porte tous un peu le chapeau. Et il suffit de voir le visuel pour comprendre de quoi il s’agit…

Célébrer la Terre, c’est prendre conscience de notre impact, de nos actes sur sa santé et d’agir pour qu’on puisse continuer de vivre sainement sur notre belle planète. Le but n’est pas de dénoncer ou de faire peur aux gens, c’est plutôt de célébrer la beauté de la terre pour faire en sorte d’avoir envie d’en prendre soin. Chaque arbre, chaque goutte d’eau, chaque petite brise se veut une preuve que la terre est bien vivante et a besoin de notre aide pour continuer de nous accueillir.

Des actions simples et faciles à intégrer dans notre routine de vie peuvent faire une grande différence et donner du répit à notre planète. Recycler est un geste qu’on aurait cru impensable il y a quelques décennies et pourtant, le bac de recyclage trône fièrement devant les demeures aujourd’hui. Le compost est en train de prendre aussi sa place et j’ose espérer que les gens embarquent dans le mouvement de façon aussi dynamique. C’est simple, efficace et hautement important!

Mais au-delà des services municipaux, il y a les gestes individuels : aller porter les déchets irréguliers à l’écocentre (vieux téléphones, appareils électroniques, petits électroménagers, piles, restants de peinture…), récolter l’eau de pluie, diminuer sa consommation d’eau en général et utiliser l’eau non souillée pour arroser les plantes, réduire sa consommation d’électricité, donner aux organismes au lieu de jeter… La liste pourrait être longue et il suffit d’ajouter un geste de plus à nos pratiques courantes pour augmenter son impact positif!

Dans les produits que l’on consomme aussi on peut faire des choix intelligents : utiliser des savons et produits ménagers écologiques, concevoir ses propres produits, acheter de manière responsable (bannir le made in China!) et surtout, acheter seulement quand on en a vraiment besoin. Je ne sortirai pas le discours de M. McSween mais sa question, trônant sur la couverture de son livre, aujourd’hui bien connu « en as-tu vraiment besoin? » demeure une bonne façon d’éviter les achats impulsifs et futiles.

On peut aussi tenter d’influencer à la hauteur de nos moyens les commerçants que l’on fréquente : le suremballage à l’épicerie peut être réduit quand on se met à discuter avec les employés. Sinon, changer de commerce peut être un choix logique, les fruiteries saisonnières o ouvrant leurs portes cette semaine dans bien des localités, malgré le tapis blanc matinal, peuvent représenter une alternative intéressante pour acheter en vrac et sans emballage. Refuser le sac de plastique dès que possible, trainer avec soi des sacs réutilisables et planifier ses achats sont des moyens de réduire son empreinte aussi.

L’élément pour lequel je serai plus radicale est la fameuse bouteille d’eau jetable… TOUT LE MONDE a dans sa maison une bouteille réutilisable alors j’ai beaucoup de difficulté à comprendre pourquoi on jette encore autant de ces petites bouteilles de plastique qui polluent et nuisent radicalement à la faune. SVP, faites un effort et cessez de les acheter. Et, chers élus municipaux, les buvettes publiques plus abondantes aideraient grandement à changer les habitudes…

Finalement, il y a aussi ce qu’on fait de nos terrains, de nos espaces. Les toits verts ne sont peut-être pas accessibles à tous mais si chaque citoyen plantait un arbre sur son terrain, imaginez la différence que ça ferait pour la planète! Célébrer la Terre, c’est célébrer la vie, notre vie, tous ensemble. Et c’est ensemble qu’on peut inverser la tendance destructrice dans laquelle nous sommes pris actuellement. Alors, on s’y met?

 

Photo : Jour de la Terre

Related Posts

Matthew Wiebe Regarder en arrière 19 juillet 2016
Annie Spratt Savoir créer 12 décembre 2016