Le temps d’être soi

Tim Bish

Ce matin, je termine de préparer mon sac qui me suivra partout, en Espagne, sur les magnifiques chemins qui me mèneront à Saint-Jacques-de-Compostelle. Chaque élément trouve sa place, chaque petite pochette est sagement remplie selon des fonctions précises : un kit de dodo, un kit de rechange, un kit pharmacie… Quand on doit porter sur son dos tous ses avoirs pendant autant de jour, on mesure l’importance de chaque item et on se questionne sur sa pertinence.

Hier, la vie étant bien faite, je suis tombée par hasard sur un court film qui a été réalisé sur ce périple que je m’apprête à faire. Je vous le partage ici car je ne saurais pas mieux résumer les sentiments qui m’habitent et qui m’habiteront dans les prochaines semaines :

Hier, j’avais aussi un petit « open house » chez une amie et, encore là, la vie a semé sur mon chemin une belle rencontre. Celle d’un homme assez âgé au regard d’enfant, à l’œil encore si allumé et étincelant que j’avais cette impression de le connaître déjà. On a beaucoup échangé sur le principe de partage en voyage, sur le besoin de rêver, encore et toujours, sur ce besoin viscéral qui nous garde en vie. Celui d’explorer le monde et de savourer chaque seconde qu’il nous est donné de vivre.

Je sais que je souffrirai physiquement pendant des jours, que je me questionnerai sur les raisons de me faire subir un tel supplice, mais je sais surtout que chaque jour, quand j’arriverai à destination, je serai remplie de gratitude de pouvoir faire ce voyage. Partir à la découverte de soi en foulant le sol, il n’y a rien de plus beau dans la vie.

J’ai la santé, j’ai les moyens et j’ai eu cette magnifique opportunité d’embarquer dans une aventure humaine et captivante : celle de se laisser guider, celle de ne plus rien décider et de n’avoir comme seul objectif que de mettre un pied devant l’autre, et de recommencer.

Je prendrai une pause de mes billets car je vivrai mon expérience à fond. Je partagerai peut-être quelques photos ici et là mais j’ai besoin de me déconnecter complètement pour mieux me connecter avec moi-même. Je suis certaine que vous comprendrez.

Mais c’est avec un grand bonheur que je vous retrouverai au début d’octobre, la tête pleine d’images, le cœur débordant d’émotions et l’âme enrichie de rencontres et de paysages émouvants. Parce que la vie c’est ça. Savoir aussi s’arrêter, se retirer le temps d’un ressourcement, le temps d’un voyage, le temps d’être soi.

À bientôt!

 

Photo : Unsplash | Tim Bish

Related Posts

Serge Kutuzov Basta, les standards! 14 mars 2018
freestocks.org À vos pelles! 12 février 2019