Avancer malgré les embûches

Jasper Guy

Hier, j’avais au programme une sortie de course avec quelques intervalles. Je regardais la neige tomber en sachant que ce ne serait pas de tout repos. Mais j’ai chaussé mes souliers en me disant que j’allais faire de mon mieux et que c’était préférable que de rester chez-moi à espérer. Alors, à peine partie, encore en marchant le temps de démarrer mon application et ma musique, j’ai mis le pied sur une belle plaque de glace cachée par le manteau blanc. Ça partait bien…

Je me suis mise à trotter tranquillement pour donner le temps à mon corps de s’habituer à la température et aux conditions extérieures. Quand on dit que l’expérience rentre tranquillement… Après une dizaine de minutes, j’avais trouvé mon rythme et je gambadais. Une voiture a décidé de reculer de son entrée, sans regarder derrière, ni de côté d’ailleurs. Tsé, quand on dit un champion. J’ai dû me décaler dans le banc de neige pour éviter d’être emboutie par le coffre arrière de sa voiture. Je vous épargne les gros mots qui sont sortis de ma bouche à ce moment-là.

Deux déneigeurs ont assisté à la scène sans broncher… Je continue ma route, le cœur un peu trop affolé mais je respire et je me dis que le pire a été évité. Quelques rues plus loin, un autre « champion » m’envoie littéralement le contenu de sa souffleuse dans les souliers, sans même s’excuser. Je me dis que vraiment, aujourd’hui, j’aurai les pieds bien mouillés! Mais je fais mes intervalles, de mon mieux, avec trop de neige dans mon équipement, et un sentiment étrange.

J’ai réussi à terminer mon entraînement sans d’autres embûches (heureusement) et quand j’ai franchi le seuil de ma porte, je me suis regardé dans le miroir de l’entrée. J’y ai vu une femme au sourire béat et aux joues rougies par le froid. Et j’ai ri. Il m’est arrivée plein de mésaventures pendant cette sortie mais je souris. Pourquoi? Parce que ça me fait du bien, parce que malgré tous ces chamboulements, chaque fois que je sors courir dans la neige, je retrouve mon cœur d’enfant. Vous savez, ce principe dont je vous ai parlé dernièrement?

Je vous casse les oreilles avec cela (ou les yeux dans votre cas) mais la raison pour laquelle j’en parle et je partage mes expériences, c’est que ça a complètement changé ma façon de voir les choses, de vivre ma vie. J’étais beaucoup plus aigrie avant, en constant combat, j’avais ce sentiment de ne pas être correcte, d’avoir à forcer les choses tout le temps. Et je ne comprenais pas pourquoi.

Mais j’ai compris que j’essayais trop de tout contrôler et que la vie se charge toujours de nous envoyer les messages nécessaires. Je me bouchais les yeux et les oreilles pour ne pas voir ni entendre ces missives pourtant claires. « Let it be. » « Laisse les choses aller et vis ta vie. » C’est ainsi que de belles chose surviennent car on ouvre ainsi notre esprit, on est prêts à accueillir du nouveau et du beau au lieu de se concentrer sur ce qui ne va pas comme on veut.

La course à pied, je le dis souvent, c’est mon médicament. Mais c’est aussi méditatif, ça me permet de me connecter à moi-même et d’apprécier la force de mon corps, de contempler ce que cette machine a dans le ventre. C’est gratifiant et c’est nourrissant. Pas pour mon égo. Pour mon âme. Je ne suis pas en compétition, je ne fais que pousser mes limites, un kilomètre à la fois, pour constater à quel point on peut toujours s’améliorer. C’est un excellent exercice d’humilité.

Pourquoi je me complique la vie à courir dans la neige au lieu de m’acheter un tapis roulant? Parce que j’ai envie d’air pur, j’ai envie d’apprendre à aimer l’hiver, j’ai envie de sentir que je suis capable de dépasser mes limites, autant mentales que physiques. Et parce que ça me fait du bien, tout simplement. Et je vous souhaite sincèrement de trouver, vous aussi, votre exutoire, votre activité fétiche qui changera votre vie, qui vous apportera légèreté et bonheur. Parce que la vie est trop courte pour la passer à râler.

 

Photo : Unsplash | Jasper Guy

Related Posts

Pioneer Gear Se garder en vie 15 mai 2017
Thomas Ciszewski Faire ce qu’on aime 10 septembre 2018