Mon souhait pour 2019

Almos Bechtold

Ça y est, c’est ma dernière journée de boulot avant des vacances fort bien méritées. Deux semaines sans avoir trop de plans, à pouvoir refaire mes forces et suivre mes envies, au gré des heures. Que du bonheur! Aller courir, marcher en forêt, flâner ou jouer dehors, tout cela sera possible, enfin! On aurait dit que le temps s’étirait dans les derniers jours, comme pour faire durer le supplice. Mais voilà, plus que quelques heures et on y sera.

Je l’ai déjà mentionné, je n’ai jamais été du type bilan ou résolutions. J’aime plutôt donner un thème à une nouvelle année et ces prochains jours me serviront à déterminer celui qui teintera mes choix, mes décisions et mes destinations. La santé est toujours au cœur de mes préoccupations et fait partie des éléments qui influencent mes choix mais pour cette année où je fêterai mes 40 ans, j’ai envie de quelque chose de moins sérieux.

Je me souhaite avant tout de m’aimer car pour attirer vers soi l’amour et le respect, il faut d’abord le ressentir pour soi-même, l’offrir avec son cœur et non sa tête. L’amour ne signifie pas nécessairement le couple, c’est aussi l’amour des proches, des amis qui nous sont chers. Le respect, lui, engage plus large, rejoint tous les gens avec qui on collabore dans notre vie.

Mais au-delà de ces sentiments qui, j’espère, s’enracineront dans toutes mes relations, j’ai envie d’avoir du plaisir, de rire et de ne pas penser toujours au lendemain, aux rendez-vous, aux réunions, au projet, aux deadlines. Lâcher son fou sans trop penser aux impacts, sans se demander ce que les autres vont penser, sans se soucier de notre image, de notre réputation. Ça fait du bien parfois.

Du plaisir aussi dans de nouveaux défis, de nouvelles expériences, de nouvelles rencontres. J’ai envie de m’impliquer dans ma communauté, de m’ouvrir à de nouveaux horizons. Que ce soit par des cours, des ateliers, des conférences, des voyages ou autres, mon cœur et mon âme ont besoin d’être nourris, d’être stimulés et je trouverai bien ce qui me convient. Ces journées de congé me serviront à explorer différentes pistes, à scruter les voies que j’emprunterai sous peu.

Parce que vivre, c’est avancer. Je déteste stagner et avoir l’impression de me répéter. Ça me donne l’impression d’être dans un sable-mouvant, de m’enfoncer dans une routine ronflante. Quand je suis trop confortable, je gigote, je m’active, j’ai besoin d’être déstabilisée un peu. Ce n’est pas pour rien que je suis consultante et qu’une fois le projet terminé, j’ai déjà envie de plonger dans le prochain défi…

J’ai trouvé mon style au niveau professionnel mais j’ai envie d’élaborer mon spectre personnel, de dessiner les contours de ce qui me définit sans me barricader dans un style. Et avoir du plaisir, m’amuser, ça sert à me connaître et à élargir mes horizons. Qui sait ce qui survient quand on plonge sans trop réfléchir? Chose certaine, ce n’est pas ennuyant…

Et vous? Comment envisagez-vous cette nouvelle année? Vous avez des projets, des anciennes passions qui refont surface, des vieux talents qui n’ont pas servi depuis longtemps et qui cognent à la porte? On met bien souvent de côté une partie de soi quand on s’engage dans la vie adulte mais on ne change pas qui on est en réalité.

Je nous souhaite, tous, de se reconnecter avec cette portion de nous qu’on a tassé, cette part oubliée de notre âme qui nous fait briller, qui illumine notre regard et dessine un sourire sur nos lèvres. Écrire, peindre, danser, chanter : peu importe votre envie, lâchez-vous! Vos épaules se détendront, votre cœur battra fort et vous vous sentirez bien. N’est-ce pas l’objectif ultime d’une vie, le bien-être? Je crois sincèrement que oui, alors c’est ce que je nous souhaite pour 2019.

Photo : Unsplash | Almos Bechtold

Related Posts

Jonathan Hoxmark La perfection n’existe pas 9 juillet 2018
Florian Klauer Écrire, communiquer, s’exprimer… 19 novembre 2015