Célébrer la différence

Matteo Paganelli

Vous avez sans doute vu, sur les réseaux sociaux, plusieurs vedettes et personnalités publiques arborer le fameux gaminet « différent comme toi ». C’est la campagne de la Fondation Véro & Louis qui est de retour pour une deuxième année. Comme on peut le lire sur le site Web de la fondation, en mettant de l’avant l’unicité de tous et chacun, l’expression  »Différent comme toi » célèbre la différence!

Dans cette même ligne de pensée, je suis tombée par hasard sur le coup de gueule d’une famille qui se bat pour faire accepter la différence de leur fils : la trisomie 21. Et leur façon de réagir aux critiques des gens qui font preuve d’une incompréhension crasse devant les campagnes de financement et autres types de sollicitation est, qu’aujourd’hui, ils nous invitent à porter des chaussettes de couleurs distinctes en appui à la cause.

Pourquoi me demanderez-vous? Pour justement signifier qu’une différence, ça ne fait de mal à personne. Que la différence, on devrait l’embrasser au lieu de la juger. Que c’est cette différence qui fait de nous un peuple fier et heureux. Car si on était tous pareils, on s’emmerderait solide! C’est parce qu’on est différents qu’on se complète et qu’on est en mesure de former des équipes équilibrées. Imaginez être avec des gens qui sont comme vous 24/7… Je parie que vous finiriez par faire une crise 😉 Je blague mais vous comprenez ce que je veux dire je crois.

Je me souviens, dans ma tendre jeunesse, mon père habitait à côté d’une maison où résidait une famille d’accueil. Cette famille, au lieu d’accueillir les enfants faciles à gérer, avait décidé de s’investir dans les soins aux enfants handicapés. Le plus vieux de la troupe, Jean-François, était lourdement atteint et malgré sa majorité, il avait un « âge mental » très jeune. Mais ce qui était le plus surprenant, c’était son regard. On y voyait toute la bonté du monde.

Mon père lui confiait des petites tâches à la maison : tonte du gazon, ramassage des feuilles à l’automne, lavage de l’auto… Et il m’avait expliqué un jour qu’au début il se sentait mal car il ne voulait pas qu’on pense qu’il exploitait ce jeune homme. Mais ce qu’il ne soupçonnait pas, c’est à quel point il valorisait Jean-François. Ce dernier jubilait à chaque nouvelle tâche et ne manquait pas de me dire à quel point il était heureux de « travailler ».

Ce qui m’avait surtout marqué à cette époque, c’est le jugement que les gens portaient sur cet homme différent. Il marchait péniblement, ses gestes étaient très saccadés et maladroits et il voulait souvent faire des câlins ce qui rendait l’entourage frileux à lui parler ou lui accorder de l’attention. Sa différence faisait peur. En lui expliquant, on finissait par lui faire prendre conscience qu’il pouvait être un peu trop intrusif. J’ai souvenir d’un après-midi d’été où on avait pratiqué la poignée de main pour qu’il puisse entrer en contact de manière moins intrusive.

Bref, accueillir la différence, ça demande une dose d’altruisme, ça demande de sortir de son nombril et de se mettre à la place de l’autre pendant quelques minutes. On ne pourra jamais comprendre à 100% ce que vit la personne mais on peut mettre de côté son jugement, ses idées préconçues et son carcan rigide pour voir autrement, à travers des yeux nouveaux et surtout, avec notre cœur.

L’humain est une bête merveilleuse, dotée d’une conscience, d’émotions et de capacités infinies. Mais on doit parfois faire en sorte qu’il utilise son cerveau dans un but positif au lieu d’en user malicieusement. Acceptons-nous, faisons preuve de tolérance et d’ouverture et percevons la beauté en chacun de nous au lieu de s’attarder sur les petits détails qui nous dérangent. On en sortira tous grandit.

Photo : Unsplash | Matteo Paganelli

Related Posts

Ben Blennerhassett La fin et le début 3 août 2016
William Iven Quand les mots résonnent… 3 février 2016