La gratitude a bien meilleur goût

Emiel Molenaar

Ces temps-ci, tout le monde parle de météo, de température et de pluie. C’est immanquable, si vous croisez quelqu’un, il y aura un commentaire sur ces éléments qui nous affectent et qui teintent l’humeur générale. C’est qu’on attend tellement longtemps le beau temps pour vivre dehors nos quelques semaines estivales que, lorsque c’est retardé, on bougonne.

Mais on oublie parfois que la nature se gère elle-même, sans tenir compte de nos états d’âme et que, pour nous supporter, elle a besoin de pluie et de se tempérer. Alors, on aura beau pester et se fâcher, ça n’y changera rien. En fait, c’est de l’énergie dépensée inutilement alors à quoi bon? Oui, on a plus de pluie, oui, il fait plus frais. Mais honnêtement, qui s’ennuie vraiment des canicules intenses des dernières années? Pas moi…

Je suis une personne qui aime voir le positif en toute chose et, bien sincèrement, je me réjouis de la température actuelle. Car j’ai planté des vivaces ainsi qu’un arbre et cette pluie et cette accalmie de chaleur aident les végétaux à s’acclimater. Vous me trouverez peut-être égoïste mais la nature passe avant la qualité de mon bronzage.

Jouer dans la terre, c’est un plaisir inégalé. Je peux avoir de la boue jusqu’à la racine des cheveux, des ongles noircis qui feraient mourir une esthéticienne, des courbatures à la grandeur du corps qui vont décourager mon ostéopathe mais j’aurai toujours le sourire au visage. Que voulez-vous, je suis tombée dedans quand j’étais jeune. Et ça ne s’est jamais calmé. Je trouve toujours l’endroit pour un nouveau plant et chaque possibilité de projet horticole m’enchante énormément.

Même les journées de pluie comme on a eu vendredi et samedi me font plaisir. Ça permet de ralentir, de savourer le temps qui passe dans nos vies trop chargées, dans nos horaires trop occupés. Aucune culpabilité de ne pas s’attaquer à la liste de choses à faire, comme une bouffée d’air frais bien appréciée. Un bon livre, un bon thé et le tour est joué.

Alors, la prochaine fois que vous entendrez quelqu’un se plaindre ou que l’envie vous prendra de le faire, pensez au fait qu’on a toujours besoin d’un équilibre et que, pour profiter du beau temps et des paysages verdoyants, ça prend de la pluie et un peu de fraîcheur. Tout est parfait comme ce l’est et il faut cesser de toujours trouver du négatif dans ce qui survient.

Oui, c’est malheureux lorsqu’on a une activité prévue à l’extérieur et que c’est le déluge mais c’est ainsi depuis la nuit des temps alors soyons flexibles et ouvrons notre esprit aux possibilités et opportunités que cela nous permet. Prenons exemple justement sur cette nature qui s’adapte et qui compense comme elle peut quand tout ne se passe pas comme prévu.

Et quand le beau temps reviendra, au lieu de le prendre pour acquis et se précipiter, prenons quelques minutes pour remercier la vie de cette belle journée. La gratitude a bien meilleur goût que l’amertume. On voudrait avoir tout, tout de suite, tout le temps. Mais dame nature est aussi là pour nous apprendre à ralentir, à respirer et à admirer ses atours sans cesse renouvelés.

Photo : Unsplash | Emiel Molenaar

Related Posts

Madison Nickel En rafale… 5 mai 2016
Les Jay Oser, pour réussir autrement 18 septembre 2017