Au-delà du chocolat…

Hello Goodbye

Février, le mois de l’amour et du chocolat… Je suis incapable de dissocier les 2 car depuis quelques temps déjà, les épiceries, pharmacies et autres commerces de nécessité se voient submergés de boîtes rouges, en forme de cœur, remplies de chocolat bon marché. Les fabricants font preuve d’une imagination débordante d’année en année pour offrir une nouvelle version de ce qui demeure, au bout du compte, un chocolat…

J’ai toujours été très mitigée concernant cette fête. Tout d’abord, j’ai pour mon dire que si une personne a besoin d’une fête pour signifier son amour, c’est qu’il y a quelque chose qui cloche. Si le seul moment dans l’année où votre chum fait un effort pour vous faire plaisir c’est ce 14 février, je suis désolée de vous le dire mais personnellement, j’aurais tendance à croire qu’il ne vous aime pas.

Chacun a sa façon d’aimer et de le démontrer mais l’amour, ça doit se sentir 365 jours par année, pas 1 ou 2. Par contre, si vos attentes sont démesurées, là, c’est vous que vous devez remettre en question. Et, on ne le dira jamais assez, avant d’aimer quelqu’un d’autre, il faut d’abord s’aimer soi-même. Car si, à l’intérieur de soi, on se sent comme une merde, il peut être très difficile pour quelqu’un d’autre d’arriver à nous convaincre qu’il nous aime. Et ça se peut qu’à nos yeux, ça ne soit jamais assez… Et ça, ben c’est comme un cercle infernal qui n’aboutit jamais. L’insatiable besoin d’être aimé : le mal du siècle!

Les versions de Cupidon divergent autant que les types de relations possibles dans notre monde. Mais ce petit homme qui répand l’amour à grand coup de flèches tapisse les vitrines des boutiques et fait vendre beaucoup. C’est ce côté mercantile de la fête de l’amour qui me dérange le plus. Car l’amour, ça ne s’achète pas, peu importe la valeur du cadeau ou la grosseur de la boîte…

Faites appel à votre imagination pour surprendre votre tendre moitié, que ce soit par un poème de votre cru, par un montage vidéo ou photos de vos meilleurs moments, une liste de musique qu’elle aime,  un copieux repas concocté de vos propres mains, un jeu coquin ou un message… Peu importe, mais de grâce, laissez tomber les fleurs et le chocolat s’ils ne sont que des choix faciles pour vous sauver la face. J’en ai vu faire des chasses au trésor à travers la ville, d’autres aller patiner dans le Vieux-Port de Montréal avec dans le dos la photo de l’être aimé épinglée au manteau, j’ai vu des pique-niques dans la neige sur le Mont-Royal, des balades en calèche ou en traineaux à chiens et même en montgolfière!

Croyez-moi, sortir de l’ordinaire et du commun vous vaudra des souvenirs merveilleux, pour l’un comme pour l’autre.

Et si vous êtes seul, ne déprimez pas! Gâtez-vous, au restaurant ou à la maison, avec des amis. Car la Saint-Valentin c’est aussi la fête de l’amitié! Vous pouvez aussi participer à une activité de groupe. Qu’il soit sportif ou créatif, ce passe-temps vous fera assurément plus de bien que de rester enfermer à regarder tristement des films d’amour dans votre salon.

Et rappelez-vous que s’il y a des moments où l’on préfèrerait être en couple, il y a aussi, en couple, des moments où l’on voudrait bien être célibataire. Des situations parfaites, ça n’existe pas. L’important, quel que soit le statut, c’est de s’approcher le plus près possible du bonheur.

 

Photo : Unsplash | Hello Goodbye

Related Posts

Sharon McCutcheon Savoir cultiver ses rêves 16 août 2018
Martin Jernberg Mon Everest à moi 28 avril 2017

Leave a Reply