Un second souffle…

Redd Angelo

Je vous fais une confession ce matin, je suis la parfaite victime de la surconsommation. J’achète une quantité immense de vêtements dans une année. C’est mon dada comme on dit… Ça me détend, ça me fait plaisir, ça me divertit… Bref, j’aime vraiment beaucoup ça. Certains diront que je pourrais donner à des œuvres de charité et que ça me ferait encore plus de bien. Peut-être ont-ils raison.

Mais il y a une habitude que j’ai prise et que peu de gens de mon entourage ont. C’est celle de faire réparer mes chaussures chez le cordonnier jusqu’à ce qu’il n’y ait vraiment plus rien à faire. Car j’ai beau être très variée dans mes choix vestimentaires, j’ai un mal fou à trouver des chaussures que j’apprécie vraiment. Bon, mes pieds sont un peu difficiles, je l’avoue mais au-delà de cela, il y a une question de style et de confort. Mes amis proches peuvent en témoigner, je peux passer facilement 3 ans à chercher la paire de bottes parfaite.

Alors quand j’en ai une que j’aime, je la fait retaper par les spécialistes avec grand plaisir et enthousiasme. Et je trouve sincèrement que c’est un métier valorisant. Donner une seconde vie à des chaussures, participer à la sauvegarde de l’environnement en retardant le moment où ces souliers iront aux ordures, ça me semble très noble. On en connaît peu, ils sont discrets, méticuleux et efficaces. Je n’ai jamais rencontré de cordonnier brouillon ou incompétent. Tous m’ont toujours offert un service impeccable et ont fait un travail de qualité. Je me suis même déjà fait inviter à souper par un cordonnier, mais ça, c’est une autre histoire…

Dans le même ordre d’idée de réutilisation, j’ai découvert il y a quelques années la teinture à vêtements. Car s’il y a une chose qui m’arrive inévitablement, c’est d’avoir le parfait pantalon noir plus si noir que ça. Il voit incontestablement sa couleur le quitter lentement, malgré le confort toujours aussi présent. Alors j’ai remédié à cette situation en reteignant mes vêtements à la maison afin de leur donner un second souffle. Et honnêtement, je n’ai jamais été déçue!

Je ne raccommode pas mes bas comme ma mère le faisant dans mon enfance, je n’ai pas la patience de tricoter mes propres foulards (et de toute façon je trouve cela trop chaud un foulard de laine) et j’ai beaucoup de difficulté à réparer moi-même mes vêtements (surtout quand on connaît une bonne couturière, c’est dur de s’en priver!) mais j’essaie de faire de mon mieux pour prolonger la vie de mes biens, surtout en ce qui a trait au monde vestimentaire.

Et quand vraiment, ça ne me va plus ou ne me plait plus, je les donne à des amies ou à Renaissance. Ne vous laissez surtout pas berner par ces fausses boîtes de dons qui pullulent dans les stationnements des commerces car de façon générale, ce ne sont aucunement des organismes d’entraide qui sont derrière ça. C’est purement lucratif et aucun don n’est fait pour aider les gens dans le besoin.

Je vous invite à utiliser vous aussi les moyens à notre disposition afin que vêtements et chaussures ne finissent pas trop rapidement aux déchets (ou en guenille comme je le fais parfois 😉 et si le style ne vous convient plus, déplacez-vous chez Renaissance ou participez à ces soirées d’échanges. Ce n’est pas parce que ça ne vous convient plus que plus personne n’en veut!

 

Photo : Unsplash | Redd Angelo

Related Posts

Daniel Mingook Kim Vivre à fond 29 mai 2018
Jon Flobrant L’équilibre pour soi 3 novembre 2016

Leave a Reply