La jeunesse inspirante

Ce matin, je ne sais pas si c’est la vue des terrains dégagés de neige, le plaisir de pouvoir partir de la maison sans les bottes et gros manteaux ou le simple fait d’entendre les oiseaux chanter en ouvrant la porte mais j’ai comme un besoin de contact avec la nature, un sentiment d’être loin de la terre, du concret, de l’essentiel. En ouvrant mon Facebook, une image de Permavenir m’est apparue comme révélatrice de mon état d’esprit :

Permavenir
Photo : Permavenir

Certains me traiteront de bohème de campagne, et ça me fait sourire si c’est le cas, mais j’ai perçu cette image comme une triste réalité. On est entouré de grandes chaînes, d’épiciers qui n’ont comme seul objectif de faire du profit et qui bien souvent ne se soucient guerre de la provenance et de la qualité des produits qu’ils nous vendent.

J’ai fait beaucoup de recherches sur les maraîchers bios pour être en mesure de m’approvisionner directement d’un producteur en produits de qualité qui ne nuiront pas à ma santé cette année. Oui, j’aurai un potager mais je sais pertinemment que je ne pourrai pas être auto-suffisante, encore moins la première année. Je veux de la diversité mais pas à n’importe quel prix et surtout pas de n’importe qui.

Le regard de cette jeune femme et son sourire m’ont charmé car je sens chez la nouvelle génération un attrait particulièrement fort pour l’agriculture biologique, le zéro déchet et d’autres pratiques qui donnent un nouveau souffle à notre planète qui en a grand besoin.

On voit de plus en plus de projet de minimaisons, de boutiques offrant du vrac, de techniques DIY (Do It Yourself, faites-le vous-mêmes) et d’initiatives citoyennes pour le troc, le partage et l’échange de services ou de produits ayant tous pour objectif commun de réduire, réutiliser ou recycler. Et je trouve ça beau… On sent que tranquillement, les efforts portent fruit et qu’il y a de l’espoir dans cette jeunesse florissante.

Il n’y a pas si longtemps, j’étais cette génération jeune et dynamique qui tentait de tailler sa place, de faire son chemin et trouver sa voie, son ton. Aujourd’hui, je fais partie de ceux qui les regardent avec admiration et qui a envie de s’en inspirer, d’embarquer dans la danse. Les temps changent mais chaque génération bénéficie des efforts des précédentes. C’est ainsi qu’on améliore le sort du monde.

C’est en ayant la foi et en ajoutant constamment de petits gestes dans notre quotidien qu’on arrive à changer nos habitudes, notre routine de vie. Ce n’est pas difficile, ça demande seulement d’être convaincu qu’on le fait pour la bonne raison. Une fois que notre cœur y est, rien ne peut nous faire changer d’avis. C’est ainsi qu’on donne l’exemple, qu’on en inspire d’autres et qu’on se donne le goût, ensemble, de vivre dans un monde meilleur, en harmonie avec cette belle nature qui nous englobe.

Bon printemps!

 

Photo : Unsplash | Rodrigo Capuski

Related Posts

Greg Rakozy Et si nous changions le visage du monde? 28 octobre 2015
A Fox Sous la carapace… 6 juin 2016