Devenir soi-même

Michael Oeser

Je doute beaucoup des algorithmes de Facebook et autres géants du Web et, travaillant dans le domaine du numérique, j’ai inévitablement une impression de perte de contrôle sur ce qui m’est présenté. Je connais la puissance des moyens utilisés par ces entreprises pour interpréter les données et les utiliser afin de m’appâter. Mais, quand on connaît cela, on peu aussi s’assurer de filtrer un peu mieux ce à quoi on s’expose.

Dernièrement, j’ai pris le temps de scruter tous les paramètres publicitaires de Facebook pour faire un beau gros ménage du printemps. Et, honnêtement, le résultat est plus que satisfaisant. Je n’ai plus de publicités insignifiantes sur des marques chinoises douteuses. Et le contenu que je vois est beaucoup mieux ciblé, selon mes valeurs. Heureusement, car cela me fait découvrir toute sorte d’initiatives franchement intéressantes, partout dans le monde.

Depuis plusieurs années déjà, je tends vers des habitudes de vie plus écologiques, je tente de réduire mon empreinte sur la planète, je fais des efforts pour modifier, un à un, mes comportements afin de m’aligner sur un système de valeurs qui m’est propre. J’ai réalisé qu’il y a plusieurs années, je n’avais aucunement conscience de ma place dans le monde, de mon impact et surtout de mon pouvoir sur ma propre vie, sur mon environnement immédiat.

Mais, comme la vie est bien faite, elle m’a envoyé des messages, par le biais de symptômes physiques ou de rencontres stimulantes. Certaines lectures, certaines recherches m’ont amenée à me demander si mes habitudes me convenaient vraiment ou si je n’avais pas seulement suivi le modèle sociétal de base, sans me questionner.

Et j’ai compris qu’il faut constamment se réajuster, qu’il est toujours possible de faire mieux, un petit pas à la fois. Je crois qu’on attend souvent les grandes révolutions, les transformations majeures mais pourtant, c’est au jour le jour, dans des mini-bouleversements qu’on arrive, au bout du compte, à changer de trajectoire. Se donner des trucs, qui nous conviennent à nous et non pas copier ceux du voisin, c’est déjà un grand pas.

Quand je dis qu’on a du pouvoir sur sa vie, on me répond parfois que je suis utopiste. Peut-être que c’est vrai ou peut-être qu’on ne comprend tout simplement pas ce que je veux dire par là. Je ne dis pas qu’on peut devenir millionnaire demain matin par le simple fait d’y penser 5 minutes dans la journée. Ça, c’est de l’utopie, du rêve et, à la limite, ce serait même louche. Je parle plutôt d’évolution intérieure, de ressentir ce que nous sommes vraiment pour attirer autour de soi ce qui nous ressemble. Et c’est un effet boule de neige, plus on s’entoure de ce qui nous colle, plus on est heureux et émanent de nous une joie et une paix. Et cette influence positive transcende avec une portée incroyable.

Alors oui, on peut changer sa vie, on peut faire le ménage autour de soi, on peut décider de cesser de dépenser de l’énergie dans des activités ou des relations qui ne nous conviennent plus, on peut changer ses habitudes pour se sentir plus en phase avec ses croyances, on peut se questionner sur ce que nous sommes devenu, on peut échanger et partager ses idées pour les faire grandir, on peut bouger, aller voir ailleurs dans le monde pour se confronter à d’autres réalités. Tout est possible quand on le veut et quand on se donne les moyens d’y arriver.

Devenir soi-même, ça passe d’abord par une écoute attentive de ses besoins et de ses envies profondes. Je ne parle pas de la nouvelle petite robe dans la vitrine mais plutôt du chemin qu’on désire emprunter pour les prochains mois, de ce qu’on aspire à ressentir chaque matin quand on se lève. On peut continuer d’avancer sans se demander si on aime ce qu’on est. On peut aussi décider d’enclencher un mouvement, une vague, qui nous mènera ailleurs. La destination n’a pas toujours à être claire et définie. Parfois, tout ce qu’on sait, c’est qu’on doit ouvrir la porte et sortir de la maison, comme une fleur qui perce la terre pour trouver le soleil.

 

Photo : Unsplash | Michael Oeser

Related Posts

Ehimetalor Unuabona Ne pas attendre 22 janvier 2019
Markus Spiske Changer le monde, un rang à la fois 27 mars 2018