De belles lectures inspirantes

John-Mark Smith

Dernièrement, j’ai beaucoup lu, comme une rage, un besoin viscéral de m’évader par les mots. Et deux lectures m’ont particulièrement plu dans le lot : la merveilleuse biographie de René Homier-Roy, intitulée Moi, ainsi que le récit de Jean-Christophe Rufin : Immortelle randonnée – Compostelle malgré moi. C’est étrange car je viens tout juste de remarquer, en l’écrivant, que les deux titres contiennent le mot « moi »!

René Homier-Roy a été, à mes yeux, le meilleur animateur de l’émission matinale à Radio-Canada. J’ai eu beaucoup de peine lorsqu’il a décidé de quitter son poste aux aurores et je me souviens encore du matin où il nous l’a annoncé, avec l’émotion dans la voix. Cette voix qui m’a d’ailleurs accompagné tout au long de ma lecture. Mais, étant donné les épreuves qu’il venait de traverser et la routine exigeante qu’exige de type de travail, je comprenais tout à fait sa décision.

Lire son parcours m’a fait rire et pleurer, m’a touché, beaucoup, mais m’a aussi fait connaître des facettes jusque-là inconnues de sa vie, disons-le, un peu débauchée. J’ai beaucoup apprécié qu’il nous partage sa vision du monde des médias, ses coups de gueule concernant la gestion de certaines entreprises et du milieu de la culture, ainsi que ses coups de cœur dans son parcours professionnel. Je me suis reconnue dans sa manière d’aborder les nouveaux défis ainsi que les changements de direction inattendus.

Témoin privilégié de la culture québécoise, il a été un acteur clé, un déclencheur, un brasseur d’idées, un grand communicateur et un amoureux profond. À travers son regard, on revoit l’évolution de notre société, on comprend ses déroutes et ses élans et on se remémore la place occupée par certains artistes. Peu de regrets ressortent de toutes ses années de folles cavales à travers les méandres de la culture. Cet homme a su se tailler une place respectable et continue, encore, de nous partager ses plaisirs culturels avec passion et fougue. J’espère qu’il le fera encore longtemps…

Le deuxième bouquin se voulait plus instructif puisque je marcherai sur les chemins de Compostelle dans moins de deux mois. J’ai donc cherché parmi les nombreux livres écrits sur le sujet ceux qui semblaient être les plus appréciés. Le parcours raconté par M. Rufin m’a semblé approprié puisqu’il abordait autant le défi physique que le parcours humain et spirituel. Et je n’ai pas été déçue.

Médecin engagé dans l’action humanitaire, cet homme avait écrit d’autres romans avant celui-ci et s’est engagé sur le Chemin du Nord sans grande attente ni une préparation assidue. Il le dit d’emblée d’ailleurs, il ne savait aucunement quoi répondre quand on lui demandait pourquoi partait-il pour Santiago! Mais ce qu’il a découvert, c’est surtout que la raison importe peu. Comme il le mentionne, quand on est sur le Chemin, on est parti, voilà tout.

Il raconte son périple, les difficultés comme les rencontres humaines enrichissantes, les beautés et laideurs du monde qu’il découvre. Un brin de jugement pointe sur les gens qui ne font qu’une portion du chemin (comme ce sera mon cas en septembre) ainsi que sur ceux qui font transporter leur bagage ou qui décide de ne pas « subir » les dortoirs ou même de dormir dans une tente. Mais on passe vite par-dessus grâce à la qualité de l’écriture et la générosité du partage d’informations.

Si vous avez envie d’en savoir plus sur ce chemin mythique, ce livre vous fournira une quantité non-négligeable d’informations très utiles. Mais aussi, il vous fera comprendre que chacun part sur le chemin avec sa propre histoire, ses raisons bien personnelles et ses objectifs à lui. Et tout cela est légitime.

Tout comme dans la vie, on a chacun notre parcours et nos expériences, et c’est ce qui nous accompagne dans les randonnées, quand on se retrouve seul avec nous-mêmes. Ce chemin fut témoin de mille et unes histoires humaines et c’est avec grand plaisir que j’ajouterai la mienne dans quelques temps. J’aurai surement beaucoup de choses à raconter à mon retour. Mais d’ici là, je me prépare physiquement et mentalement tout en me disant qu’adviendra ce que la vie voudra me donner.

 

Photo : Unsplash | John-Mark Smith

Related Posts

Katerina Radvanska Ma douce folie 23 novembre 2017
Chinh Le Duc Du réconfort à chaque bouchée 2 mars 2018